Un réel pour le XXI sciècle
ASSOCIATION MONDIALE DE PSYCHANALYSE
IXe Congrès de l'AMP • 14-18 avril 2014 • Paris • Palais des Congrès • www.wapol.org

Étranger ?
Delia Steinmann

Au XXIe siècle, l'Europe désigne une identité, une frontière qui en englobe d'autres, une fonction constituant un ensemble et marquant, par conséquent, un nouveau dedans et un nouveau dehors. Par certains aspects, les portes de l'Europe rétrécissent celles des pays qui la constituent au nom d'une organisation orchestrant la circulation des biens et des personnes. Dans ce contexte, les mouvements migratoires vers l'Europe ont pris, ces dernières années, la forme photographiée, filmée, quantifiée et commentée de ce qui ne cesse pas de ne pas s'écrire.

En France, les situations présentées aux instances régulant les droits d'asile mettent en évidence la complexité de la tâche du législateur à l'époque de l'Autre qui n'existe pas[1] : il est appelé à fournir des textes permettant d'avoir une représentation du réel dont il est question, pour que la justice produise un dire opérant comme vérité ayant des conséquences sur le destin de tous les demandeurs d'asile.

Et la psychanalyse ? Au titre de « l'analyse de la pratique », elle est sollicitée pour soulager « l'équipe » des professionnels qui y participent, en cernant au lieu de la subjectivité de chacun la part d'intime que le dehors fait résonner. Ainsi, au XXIe, la psychanalyse est au rendez-vous des traitements de certaines formes de la misère où se vérifie ce que Lacan écrivait en 1948 : la nécessité « d'ouvrir à nouveau la voie » du sens « dans une fraternité discrète à la mesure de laquelle nous sommes toujours trop inégaux »[2].

Delia Steinmann
ECF, Grenoble


  1. Suivant l'expression de Jacques-Alain Miller.
  2. L'agressivité en psychanalyse, Écrits, Paris, Seuil, 1966, p. 124.